EMAIL US AT ajan@jesuits.africa
CALL US NOW (+254-20) 3884 528
DONATE TO OUR CAUSES

Pénitence : penser différemment

Notre réflexion pour ce mercredi des Cendres est écrit par le Père Michael Kelly SJ, un écrivain primé, conférencier et chercheur sur le VIH / SIDA qui a vécu en Zambie pendant la majeure partie de sa vie. Ses travaux ont porté sur l’interaction entre les questions de la pandémie, de la justice et de l’éducation.

Pendant que nous commençons le Carême, il est clairement établit qu’il s’agit d’une saison de pénitence. Nous prions au début de la Messe pour le mercredi des Cendres : « Puisse cette saison de pénitence nous apporter la bénédiction de ton pardon. » En première lecture, le prophète Joël reprend cette idée, nous invitant à revenir au Seigneur de tout notre cœur, jeûnant, pleurant et en deuil. Et avant de mettre les cendres sur le front du peuple, le prêtre demande à Dieu « de bénir ces cendres que nous utiliserons comme la marque de notre pénitence. » Tout cela est en accord avec le défi faisant partie des premières paroles de Jésus comme il l’a proclamé dans l’Évangile : « Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle. » (Marc 1:15).

Que pensons-nous quand nous entendons le mot « repentir » ? Pensons-nous presque automatiquement à nos péchés et nos mauvaises habitudes, de la nécessité d’être désolé pour nos péchés, du dur travail devant nous pour briser ces mauvaises habitudes ? Il peut être très utile de faire cela, mais qu’est-ce que repentir signifie vraiment ? Est-ce que le Carême est juste un moment pour nous rappeler nos faiblesses ? Est-ce un temps pour nous concentrer sur nous-mêmes comme des personnes faibles, pécheurs, et Dieu comme étant indiciblement saint et sans péché, totalement éloigné de nous ? Est-ce la bonne nouvelle que Jésus a enseignée, et pour lequel il a donné sa vie sur la Croix ?

Si nous pensons comme cela, alors il est possible que nous ayons réduit la signification du mot « se repentir », jusqu’à ce qu’il soit devenu négatif et presque menaçant. Le mot signifie littéralement « penser au-delà de notre façon de penser habituelle, de retourner la réflexion d’une manière différente. » L’appel à la repentance par Jésus et le véritable appel du Carême, est de prendre un nouveau regard sur Dieu, pour rafraîchir notre image de lui. Il s’agit de venir à une réalisation vivante que Dieu nous aime maintenant, comme nous sommes et avant même que nous décidions de changer. L’essentiel du Carême n’est pas que nous devrions agir pour Dieu, mais que nous devons devenir plus conscients de combien Dieu est fait pour nous. Chaque jour, nous voulons voir plus que Dieu nous aime avec force, sans faille, en permanence. Selon les termes de la première lecture d’aujourd’hui, nous voulons comprendre que Dieu est tendresse et compassion, riche en bienveillance et prêt à céder.

La véritable pénitence du Carême c’est de se tourner et de regarder Jésus dans les yeux et d’y voir combien il nous aime, et combien il est clément. C’est de laisser Dieu être Dieu dans tous les aspects de nos vies. Et de cette prise de conscience de l’amour de Dieu, il nous vient le pouvoir de tourner notre dos au péché, de se détourner de ce qui est faux et d’embrasser tout entièrement tout ce qui est bon.

Le Carême est aussi un moment où nous avons besoin de penser différemment sur les problèmes pressants de notre époque. C’est un temps pour renouveler notre engagement à protéger la dignité humaine et la promotion des droits de l’homme. Autrement dit, de régler les graves problèmes de la pauvreté, de la faim et du chômage, et pas moins de protéger les ressources abondantes de la terre et de les partager plus équitablement. Il s’agit de faire progresser la condition des femmes, la protection des enfants contre les abus et mettre fin à l’épidémie du SIDA. Cela signifie une résolution des conflits par la négociation, sans recours aux armes et surmonter la corruption mortelle et l’égoïsme qui caractérisent si souvent les fonctions officielles.

Dans chacun de ces domaines, Dieu nous appelle au repentir, afin de réfléchir au-delà de notre façon de penser habituelle. Le Carême est un temps où nous essayons de le faire avec plus de sérieux et plus de confiance que Dieu est à nos côtés dans ces luttes. Si nous essayons de faire cela, alors nous faisons ce qui est vrai. Nous arrivons à la lumière, afin que l’on voit plus clairement que nos œuvres ont été faites en Dieu (Jean 3: 21).

Concrètement, dans le domaine du VIH et du SIDA, la pénitence nous appelle à :

  • faire encore plus que ce que nous faisons pour s’assurer qu’aucun enfant n’est infecté par le VIH ;
  • être ouverts à l’utilisation de toutes les méthodes éprouvées de prévention du VIH ;
  • créer le plus large choix pour les jeunes femmes et jeunes filles afin de réduire leur vulnérabilité ;
  • encourager la circoncision médicale volontaire ;
  • appuyer la prestation de cours d’éducation sexuelle et reproductive et services associés ;
  • soutenir les gens dans leur reconnaissance de leur statut sérologique ;
  • encourager ceux qui pourraient être infectés par le VIH à avoir un examen médical et si nécessaire de commencer un traitement ARV ;
  • faire preuve de courage pour défendre les groupes marginalisés ;
  • s’assurer que les personnes vivant avec le VIH ne ressentent pas de stigmatisation et de discrimination.

Les cendres sur nos fronts au début du Carême sont un rappel pour nous de faire plus dans tous ces domaines pour le peuple de Dieu.

Enfin, le Carême est un temps où nous nous tournons vers Dieu dans la prière au nom de notre peuple avec urgence et confiance. Dans la lecture d’aujourd’hui, le prophète Joël demande: « qui sait si Dieu ne tournera pas à nouveau, et ne laissera une bénédiction en passant? » Et il nous encourage à demander au Seigneur d’épargner son peuple. Laissez-nous faire ardemment en ce premier jour du Carême et pendant toute la saison, le suppliant sans plus de réserve, alors que nous nous tournons vers lui, le Seigneur se tournera vers son peuple avec bienveillance et compassion et les libérera de leur pauvreté et de la maladie pour une vie humaine plus complète, plus riche et plus heureuse.

Leave a reply

Your email address will not be published.

NEWSLETTER SIGN-UP

Sign up now to get email updates on the current happenings at AJAN Africa.

en_USEnglish