EMAIL US AT ajan@jesuits.africa
CALL US NOW (+254-20) 3884 528
DONATE TO OUR CAUSES

Live as children of the light

The reflection for the fourth week of Lent is written by Ornela Emefa Pakou of the Centre Esperance Loyola (CEL) in Togo. We apologise that it is late, due to technical problems. (SEE BELOW FOR FRENCH VERSION)

First reading, Isaiah 16:1,6-7… 10-13 – In the school of God, we learn to look beyond appearances.

Psalm 22:1-6 – The Lord is my shepherd, I shall not want!

Second reading, Eph. 5:8-14 – Baptism brings us from shadows into the light. Let us live, then, as children of the light.

Gospel, John 9:1-41 – Faith calls upon us to give and take with others

When a woman discovers that she has HIV, her first reaction is usually to say: “Why? Why is this happening to me? What have I done to deserve this?” It is precisely the question that the disciples asked Jesus in the presence of a man who had been born blind. Actually, they want to know if this man was visited by such misfortune because of his own sins or his parents’. But Jesus refuses to be cornered by such reasoning. For Jesus, the question is not who infected whom. The evil – which consists of evil both physical and moral – is not something Jesus cares to explain. It is something He wants to do away with. This is precisely why He came: to free mankind.

This Gospel is important for us all, because we are all born blind, full of prejudices. The Lord tells us: “As long as I am in the world, I am the light of the world.” (Jn 9:5). Left to ourselves, we cannot see. He alone is the Light and He alone can give light, because the Father sent Him for this purpose. Is there anything, then, that we can do? Yes, “go and wash yourself in the waters of Siloam,” says Jesus (v.7). Then our eyes will be opened and we, who were born blind, will come to the light, and we will see. It is God’s doing when we defend people living with HIV from discrimination and stigmatisation.

The word “Siloam” means “sent” or “he who is sent”. We all know whom the Father sent. If He had not been sent, none of us would have been able to be free of sin. And unless we go to He who was sent, we will remain in our sin and our blindness, and thus we will remain far from the light.

We are all sent to contribute to building an AIDS-free generation and to take care of and to support people living with HIV.

To those who have faith in Jesus, and who accept to follow Him, He offers a share in the blessings that are His own: “Whoever believes in me will never perish” (Jn 11:25) and “He who follows me will not walk in the shadows but will have the light of life.” (Jn 8:12)

In his letter to the Ephesians, Paul draws moral conclusions about all this: he tells the faithful that they were once in the shadows but now live in the light of the Lord and that, as a consequence, they must live as children of the light (Eph. 5:8-14)

In Africa, the AIDS epidemic has had a deep impact, like a light that causes shadows to emerge among people, communities and churches. It shows when neighbours, families and communities submit people to discrimination and ostracising, when they become victims of discrimination that is at the same time personal and institutional. It brings light when it prompts people to solidarity, as they react to the denial of governments, communities and individuals, and as they offer treatment, care and support to people living with HIV.

Discrimination forms part of the daily shadows of people living with HIV. Shadows are apparent in the form of prejudice; fear (of contamination, death and isolation); lack of information about routes of prevention and transmission; differences made on the basis of gender and sexuality; and distortions of religion (the concept of ‘divine punishment’).

Rooted in ancient ideas about what is ‘normal’ and what is ‘deviant’, what is pure and impure, discrimination continues to prevail today. In some places, discrimination takes on a social and political face (for example, laws that diminish the rights of people affected by HIV). AIDS is still considered to be a “shameful disease”. Punitive laws surrounding divulgation about one’s HIV-positive status; the criminalisation of transmission of HIV; travel bans imposed on people carrying the virus; poor protection of women and children against sexual violence; marginalisation and hostility with regard to sexual minorities, sex workers, drug users and prisoners… are all shadows that beg to be dispelled by the light of compassion and mercy. 

Those who have been baptised have come to the light; they have risen from the dead and are enlightened in Christ. This affirmation of faith calls us to:

1-    Contributing to the empowerment and support of all people who are somehow vulnerable, by being available and by putting oneself in the place of the other. In this way, we will be able to offer the minimum to them: affectionate listening, compassion and then nutritional, medical and other support, as much as we can.

2-    Helping vulnerable women to have access to mini-credit loans or to undertake an income-generating activity and to guarantee the education of their children.

3-    Supporting the schooling, and seeking to meet the nutritional, medical and psychosocial needs of widows, orphans and vulnerable children.

4-    Fighting against stigmatisation and discrimination at all levels of society and churches.

5-    Advocating for expanded access to HIV prevention services, treatment, care and support.

6-    Promoting access to affordable quality diagnostics, and medication for all.

7-    Building a society that is free of violence, poverty and injustice.

May the Lord, who sent us his Son, light of the world, open our eyes and light the way for our footsteps, so that like the blind man who was healed in the Gospel, we may be audacious witnesses of the marvels of God in the life of people affected by AIDS. 

 

******

Pour ce quatrième dimanche de Carême, notre reflexion est présentée par Ornela Emefa Pakou du Centre Espérance Loyola (CEL).

1ère lecture 1S 16,1b.6-7.10-13a: A l’école de Dieu, apprenons à voir au-delà des apparences… Psaume Ps 22,1-6: Le Seigneur est mon berger, rien ne saurait me manquer ! 2ème lecture Ep 5,8-14: Le baptême nous a faits passer des ténèbres à la lumière. Vivons donc en enfants de lumière… Évangile Jn 9,1-41: La foi impose de se compromettre devant les autres.

Lorsqu’une femme découvre elle porte le VIH/sida  sa première réaction, dans la plupart des cas est de dire : ” Pourquoi ? Pourquoi cela m’arrive-t-il à moi ? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter cela ? “. C’est précisément la question que posent à Jésus les disciples en présence de l’aveugle de naissance. Ou, plus exactement, ils veulent savoir si ce malheur est arrivé à cet homme à cause de ses péchés personnels ou de ceux de ses parents. Jésus refuse de se laisser enfermer dans un tel raisonnement. La question n’est pas qui a contaminé qui ? Pour Jésus le mal – qu’il s’agisse du mal physique ou du mal moral – n’est pas quelque chose qu’il faut expliquer. C’est quelque chose qu’il faut faire disparaître. Il est précisément venu pour en libérer l’humanité.

Cet évangile est important pour nous tous, car nous sommes tous nés aveugles, plein de préjugés. Or, le Seigneur nous dit : ” Aussi longtemps que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde ” (Jean 9,5). De nous mêmes, nous ne pouvons pas voir. Lui seul est la Lumière, et lui seul peut donner la lumière, parce qu’il a été envoyé par le Père pour cela. Y a-t-il quelque chose, alors, que nous pouvons faire ? Oui, ” va et lave-toi dans la piscine de Siloé “, dit Jésus (v. 7). Alors nos yeux seront ouverts, et nous qui sommes nés aveugles, verrons. C’est là l’œuvre du Seigneur quand nous défendons les PVVIH de la discrimination et de la stigmatisation.

Siloé signifie ” Envoyé “, ou ” Celui qui a été envoyé “. Nous savons tous qui a été envoyé par le Père. S’il n’avait pas été envoyé, personne d’entre nous n’aurait pu être libéré de son péché. Et à moins que nous n’allions à Celui qui a été envoyé, nous demeurons dans notre péché et dans notre aveuglement, car nous restons éloignés de la lumière.

Nous sommes tous envoyés pour contribuer à édifier des générations sans sida et à prendre soin et soutenir les personnes vivant avec le VIH.

À ceux qui eurent foi en Jésus, et qui acceptèrent de le suivre, il a offert de participer aux bénédictions qui étaient siennes : ” Celui qui vit et croit en moi ne mourra jamais ” (Jean 11,25), et ” Celui qui me suit ne marche pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie ” (Jean 8,12).

Dans sa lettre aux Éphésiens Paul tire les conclusions morales de tout ceci : Il dit aux fidèles qu’ils étaient autrefois ténèbres, mais qu’ils sont maintenant lumière dans le Seigneur et qu’en conséquence ils doivent maintenant vivre comme des fils de la lumière (Éph. 5 :8-14).

En Afrique, l’épidémie de SIDA a un profond impact, faisant ressortir les ténèbres comme la lumière chez les personnes les sociétés et les Eglises. Elle révèle lorsque les personnes subissent le rejet et l’ostracisme de leurs proches, leur famille et leur communauté. Victimes de discriminations à la fois personnelles et institutionnelles. Elle met en lumière lorsqu’elle rend les gens solidaires pour s’élever contre les manifestations de déni des gouvernements, des communautés et des individus et pour apporter traitements, soins et soutiens aux personnes vivant avec le VIH et le SIDA.

La discrimination à l’égard des personnes atteintes par le VIH forme donc des ténèbres quotidiennes pour les personnes séropositives. Ténèbres se manifestant sous forme de préjugés, de peur (de la contamination, de la mort, de l’isolement), de méconnaissance des modes de prévention et de  transmission, de différence des sexes et de sexualité, de religion (punition divine dans la pensée de certains),

Créée à partir d’idées anciennes sur la normalité et la déviance, le pure et l’impur ; elle continue à se développer aujourd’hui encore et peut être dans certains pays une discrimination sociale et politique (lois réduisant les droits des personnes atteintes du VIH). Le Sida demeure considéré comme une “maladie honteuse”.  Les lois punitives sur la divulgation de la séropositivité, la criminalisation de la transmission du VIH, les interdictions de voyage pour les gens porteurs de la maladie, la mauvaise protection des femmes et des filles contre les violences sexuelles, la marginalisation et l’hostilité à l’égard des minorités sexuelles, des prostituées, des consommateurs de drogue, des prisonniers constituent des ténèbres à éclairer de la lumière de la compassion et de la miséricorde.

Le baptisé est devenu lumière, éveillé de la mort et illuminé dans le Christ. Cette affirmation de foi nous interpelle. Nous sommes ainsi appelés à :

1-    Contribuer à l’épanouissement et au soulagement de toute personne vulnérable en étant réceptif, disponible et se mettre à la place de l’autre ne serait que pour lui offrir le minimum : écoute affectueuse, compassion et enfin appui (nutritionnel, médical, etc..) aussi peu que ce soit,

2-    Aider les femmes vulnérables à avoir accès aux crédits ou à exercer une activité pour leur auto prise en charge et l’éducation de leur enfant à assurer,

3-    Soutenir l’appui scolaire, alimentaire, médical et psychosocial des veuves, des orphelins et enfants vulnérables,

4-    Lutter contre la stigmatisation et la discrimination à tous les niveaux de la société et des Églises,

5-    Plaider  pour un accès élargi aux services de prévention du VIH, de traitement, de soins et de soutien,

6-    Promouvoir l’accès à des diagnostics de qualité et économiquement abordables, et à des médicaments pour tous

7-    Edifier une société sans violence, sans injustice et sans pauvreté.

 

Que le Seigneur qui nous a envoyé son Fils, lumière du monde, ouvre nos yeux, éclaire nos pas et ainsi comme l’aveugle guéri de l’Évangile, nous serons les témoins audacieux des merveilles de Dieu dans la vie des personnes touchées par le sida. 

Leave a reply

Your email address will not be published.

NEWSLETTER SIGN-UP

Sign up now to get email updates on the current happenings at AJAN Africa.

en_USEnglish