EMAIL US AT ajan@jesuits.africa
CALL US NOW (+254-20) 3884 528
DONATE TO OUR CAUSES

Histoire des centres sociaux Loyola – AJAN Histoires d’impact Projet de communication et de recherche

AJAN tient à documenter les activités entreprises par les centres sociaux jésuites en Afrique subsaharienne, en particulier en ce qui concerne le VIH et le SIDA. Alors que le secrétariat coordonne des activités et propose des formations telles que AHAPPY depuis 2002’à présent, l’impact de ce travail n’est pas clair. Les centres ont également entreprise ce travail de leur propre initiative. Nous vous demandons votre coopération afin qu’en utilisant ce document, vous fournirez des informations qui nous permettront d’écrire des articles d’impact et de conserver des informations pour une utilisation future.

Veuillez nous aider à répondre aux questions suivantes

PARTIE A DÉTAILS DE BASE

  1. Détails de base 
  1. Nom de l’établissement : Centre Loyola Espoir : (CEL) à Lomé-Togo 
  1. Nom du responsable qui répond à ce document (directeur, responsable de programme et autres) :

Fr. Désiré YAMUREMYE, SJ (Directeur Exécutif des Centres Sociaux Loyola : CCL / CEL). Mme Ornela Emefa PAKOU (Chef de projet)

PARTIE B : CONTEXTE DE L’ORGANISATION

  1. Veuillez nous fournir un texte de trois (3) pages maximum sur un projet de lutte contre le VIH et le SIDA que vous avez entrepris depuis 2002 ou avant (soit coordonné par AJAN, soit réalisé de manière indépendante par votre organisation)

Le nom de l’intervention : AHAPPY PREVENTION (Youth for Youth Initiative pour prévenir les abus sexuels et les abus de drogues, promouvoir un développement mental et physique sain et sûr à Agoe-Lomé).

une)

  1. Date de création : juin 2019 
  1. Bref historique du centre :

Centre Loyola Hope ou Centre Espérance Loyola (CEL) en français et le « Centre Culturel Loyola »

(CCL) sont deux centres sociaux Loyola situés dans la préfecture d’Agoé à proximité de la communauté jésuite. C’est un centre pour la justice sociale qui promeut la santé intégrale, plaide pour l’équité entre les sexes et l’entrepreneuriat social pour l’autonomisation socio-économique, le leadership et l’autonomisation des jeunes. C’est une association avec la personnalité juridique et la capacité d’un programme holistique VIH / SIDA reconnu par le Conseil National de Lutte contre le Sida sous Réf 942/SP/CNLS-IST/09. En tant qu’œuvre sociale des Jésuites au Togo, elle est reconnue par le Code civil conformément à la loi n°40-484 du 1er juillet 1901 et enregistrée sous le récépissé N°1149/MISD – DAPSC – DS du 16 septembre 2002 et publié au journal officiel de la République Togolaise N°36 bis du 1er novembre 2002 en page 14. Statut fiscal : Organisation Nationale Non Gouvernementale.

  1. Nature du problème pour lequel chaque projet mis en œuvre a été conçu/est destiné à résoudre ou ce qui l’a rendu nécessaire : Prévention des IST/VIH/SIDA/ et des nouvelles infections

Mission : Former humainement, intégralement et professionnellement les jeunes en s’inspirant du modèle ignacien du leadership basé sur l’excellence et l’audace d’innover

  1. Nature du projet (qu’il s’agisse de prévention des infections par le VIH, de formation, de sensibilisation, de traitement, de fourniture d’ARV, etc.) :

Prévention, formation et sensibilisation de l’infection au VIH chez les jeunes par le biais d’abus sexuels et de drogues

PARTIE C : IMPACT

Le projet at-il été réalisé et combien de personnes en ont bénéficié (et nombre de personnes soutenues par les parents) ?

Agoé – Nyivé et ses environs (Lomé – Togo),

  • 20 000 personnes à Agoé sont sensibilisées à l’éducation de masse communautaire sur la drogue, les abus sexuels 
  • 3000 jeunes d’Agoé ont fait leur test VIH et Hépatite par la campagne de la clinique
  • 100 jeunes filles ont fait les IST’s au Medico Social Center Bakhita (CMS- Bakhita) 
  • 450 jeunes hommes et femmes d’Agoé ont participé au camp de jeunes pour améliorer leurs compétences en prévention des abus sexuels, drogues, IST/VIH/SIDA et Santé de la Reproduction au cours de 5 ateliers de formation 
  • 10 cercles d’amitié sont créés dans 10 écoles d’Agoé 
  • 100 modules de formation sur le comportement sexuel et la santé reproductive sont élaborés, traduits en éwé et diffusés dans 10 ateliers de cercles amicaux 
  • 45 leaders communautaires du quartier d’Agoé améliorent leurs compétences dans la protection des enfants contre les drogues et les abus sexuels et les IST/VIH/SIDA du 6 au 7 septembre 2019
  • 360 séances de prise en charge psychosociale et spirituelle de 95 jeunes victimes d’abus de drogues et d’abus sexuels ont été réalisées pendant 6 mois
  • 1000 jeunes ont participé à 2 concerts musicaux organisés avec questions-réponses sur les conséquences de l’abus de drogues, d’abus sexuels et de VBG
  • 10 jeunes victimes de pairs éducateurs ont témoigné devant leurs pairs lors des concerts musicaux 
  • 100 spots sur la toxicomanie et la VBG en éwé ont été diffusés pendant 24 semaines sur les radios
  1. Quelle était la durée de chaque projet ? 1 année

 NB : envoyez-nous un dossier de consentement pour respecter la confidentialité. Ceux-ci ne parlent pas français mais certains d’entre eux parlent la langue locale “Ewe” ou “Kabye”

  1. i) Tout impact qui peut être mentionné

La sensibilisation sur les situations à risques en termes d’abus sexuels, de drogues et d’alcool, de santé reproductive, de développement mental et physique envers les jeunes a sensibilisé les populations qui sont aujourd’hui plus susceptibles de signaler des cas d’abus et de viol.

Ainsi, durant les 6 mois d’intense campagne de sensibilisation sur diverses formes, formation, mise en place de cercles d’amitié dans les écoles, création d’un réseau de victimes d’abus sexuels et test d’infection ont été réalisés.

30 cas de viols ou d’abus sexuels ont été signalés, 30 références faites à l’hôpital partenaire CMS-Bakhita pour la prise en charge médicale des victimes. Les auteurs ont été signalés aux fins de poursuites avec le consentement des familles des victimes. Les 30 victimes et 120 personnes de leur entourage ont pu bénéficier d’une prise en charge psychologique et spirituelle.

49 jeunes, dont 32 en milieu extrascolaire (26 garçons et 5 filles) et 17 garçons en milieu scolaire, ont assisté à des séances d’écoute et de conseil, pratiqué du sport et des exercices spirituels ignaciens pour sortir de leur état addictif aux drogues et à l’alcool.

58 filles sur 100 dépistées pour les IST ont opté pour une seconde abstinence avant le mariage.

10 établissements et 06 chambres cantonales des métiers d’Agoé s’engagent à œuvrer pour prévenir les abus dans les écoles et les familles.

30 jeunes formés à l’entrepreneuriat et à l’informatique peuvent se lancer dans des activités génératrices de revenus

10 agents pastoraux pour continuer à sensibiliser pendant 15 minutes les fidèles lors des messes sur les abus sexuels sur mineurs. Par ailleurs, 04 chefs traditionnels d’Agoé et ses environs ont demandé au CEL de former leurs notables et certains membres de la cour royale pour aider leur population à faire face à cette situation.

Enfin, d’autres ONG se sont inspirées des affiches produites par le CEL pour en concevoir d’autres sur le même principe.

PARTIE D : EXEMPLES DE RÉUSITE

Veuillez nous fournir deux exemples de réussite sur le projet que votre centre social a entreprise.

AUTONOMISATION ÉCONOMIQUE DES FEMMES VULNÉRABLES :

Activités génératrices de revenus : IGAS

  1. Veuillez, si possible, nous fournir une courte vidéo d’une interview des bénéficiaires   
  1. Avez-vous organisé des conférences/réunions ? Veuillez nous en indiquer le nombre et nous donner quelques informations à leur sujet : oui. 
  • 02 ateliers pour former les bénéficiaires ayant bénéficié des AGR à la gestion et à la commercialisation 
  • 12 ateliers mensuels de partage d’opportunités entre ceux qui ont bénéficié d’AGR pour aider eux-mêmes dans les meilleures pratiques en marketing ou en gestion
  • 06 ateliers pour partager les expériences de certains jeunes à travers leurs propres témoignages à sensibiliser leurs pairs. Ainsi, des séries de questions ont été posées aux jeunes pour les faire réagir.
  • 03 Invitation des leaders communautaires à participer à une réflexion sur la problématique donnée (abus sexuel, drogue, prévention du VIH et santé de la reproduction) qui les a rendus actifs.
  • 3rencontres sont organisées pour 30 jeunes formés à l’informatique et comptabilité pendant un mois

PARTIE E : DÉFIS ET ATTÉNUATION

  1. Quels défis avez-vous rencontrés dans les projets que vous avez entrepris ? Veuillez expliquer au moins trois défis principaux vous avez dû faire face au cours de la réalisation du projet

Projet:Youth for Youth Initiative pour prévenir les abus sexuels et les abus de drogues, promouvoir un développement mental et physique sain et sûr à Agoe-Lomé.

Loyola Hope Center (CEL) a fait face à quatre difficultés majeures :

  1. Le contexte politique instable à la veille des élections législatives et présidentielles 
  2. Le nombre de jeunes qui ont participé aux séances de sensibilisation aux concerts musicaux a été plus nombreux que ceux estimés auparavant compte tenu de la grande mobilisation des jeunes et de leurs familles. Ainsi, le CEL a changé la salle prévue pour le concert musical en champ clos avec un podium à la dernière minute pour pouvoir accueillir toute la jeunesse mobilisée et leurs familles.
  1. Beaucoup de victimes et leurs familles ont demandé de l’aide pour leurs soins cliniques, ce que nous n’avons pas du tout prévu.

 Il a été difficile de mobiliser les jeunes pour témoigner car dans notre communauté, la question de la maltraitance reste un tabou donc le silence a été difficile à briser.

Projet:ACTIVITÉS génératrices de revenus (AGR) / COOPÉRATIVE

1- Système de santé du pays 2-

Vulnérabilité sociale des femmes

3- Revenu général de notre bénéficiaire venant des quartiers pauvres vivant en ville de manière informelle

  1. Comment avez-vous atténué les problèmes que vous avez rencontrés ?

 

PARTIE F : SITUATION DU SIDA DANS VOTRE COMMUNAUTÉ

  1. Quelle est, selon vous, la situation actuelle du VIH et du Sida dans la communauté et le pays où vous travaillez? (veuillez nous fournir des données empiriques/descriptives que vous n’avez pas, des informations recueillies sur l’expérience de votre centre)

 Cfère www.cnlstogo.org 

  1. Selon vous, que faut-il faire de plus pour vous aider à mieux répondre aux besoins qui existent? (décrivez les besoins en détail)

VCT (jeunes et personnes multi partenaires)

Renforcé le PTME (transmission mère et enfant)

Autonomisation des femmes par les AGR

Attaque à la co-infection TB/HB/VIH et Paludisme

  1. Quel a été votre plus grand succès ou l’effort le plus marquant de votre centre depuis que vous êtes engagé dans le travail d’intervention contre le VIH et le Sida ? (veuillez expliquer en détail

Introduction de la nouvelle stratégie de prévention ciblant le groupe vulnérable au VIH et au SIDA en particulier les jeunes

Tenue du dossier actif pour le bénéficiaire

Accompagnement

Notre accent sur une autonomisation sociale en particulier pour les femmes Entrepreneuriat professionnel pour les jeunes vulnérables non scolarisés

Nous vous serons reconnaissants si vous nous envoyez votre réponse aussi tôt que vous le pourrez. Nous sommes prêts à vous apporter toutes les précisions que vous souhaitez.

Merci beaucoup.

 

 

1 comment

  1. Season Maza 1 year ago 2021-07-06

    Great educational site. Well done. is it hard to learn to speak spanish?

    REPLY

Leave a reply

Your email address will not be published.

NEWSLETTER SIGN-UP

Sign up now to get email updates on the current happenings at AJAN Africa.

en_USEnglish