ENVOYEZ-NOUS UN E-MAIL À ajan@jesuits.africa
APPELEZ-NOUS MAINTENANT (+254-20) 3884 528
DONATE TO OUR CAUSES

Un message de la Conférence jésuite d'Afrique et de Madagascar (JCAM) à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida 2021.

Mettre fin aux inégalités, mettre fin au sida, mettre fin aux pandémies : afin que tous puissent profiter des fruits
durables de la santé et du bien-être

Le thème de la Journée mondiale du sida 2021 est : " Mettre fin aux inégalités, mettre fin au sida, mettre fin aux pandémies.


Depuis 1988, la Journée mondiale de lutte contre le sida a permis à l'humanité de réfléchir aux ravages causés par la pandémie du VIH et du sida. Plus de 35 millions de personnes ont perdu la vie à cause du sida depuis 1981, date à laquelle le premier cas a été signalé. Bien que le taux de nouvelles infections ait chuté de 30 % en 2020, on estime qu'environ 1,5 million de nouvelles infections se sont produites ; 1,3 million d'entre eux étaient des adultes, tandis que 160 000 étaient des enfants de moins de 15 ans.

Plus de 37 millions de personnes vivent avec le virus. En 2020, les nouvelles infections en Afrique subsaharienne étaient estimées
à 870 000, les jeunes filles de moins de 24 ans étant les plus touchées. Il y a vingt ans, la Compagnie de Jésus a créé le Réseau Jésuite contre le SIDA (AJAN) pour aider et restaurer la dignité des personnes infectées ou affectées par le VIH et le SIDA. La mission d'AJAN est guidée par les Préférences Apostoliques Universelles de la Compagnie de Jésus, qui incluent montrer
le chemin vers Dieu, marcher avec les exclus, cheminer avec les jeunes et prendre soin de notre maison commune. A travers la promotion de stratégies de prévention et la sensibilisation, AJAN se préoccupe activement des plus vulnérables de la société - les malades, les personnes âgées et les jeunes, qui sont les plus touchés par le VIH.


Selon l'ONUSIDA, « bien que le monde ait les moyens de vaincre le VIH/sida,
les inégalités structurelles ont rendu difficile la mise en œuvre efficace de solutions éprouvées de prévention et de traitement
. » Le thème de cette année reconnaît qu'il existe des inégalités dans la façon dont les pays et les sociétés réagissent au sida et à d'autres pandémies comme le Covid-19 ; que
nous devons mettre fin à ces inégalités car elles constituent une menace pour la vie humaine et écologique et
le bien-être.
Ce thème est fortement corrélé avec le thème de l'Année ignatienne (500 ans de la conversion
de Saint Ignace de Loyola, le fondateur de l'Ordre des Jésuites) : "pour voir toutes choses nouvelles dans le Christ."
Les deux thèmes appellent à plus d'engagement, de conversion ou de changement, afin de promouvoir le
bien-être et la dignité de tous, ainsi que d'augmenter notre engagement et nos ressources pour les tests,
le traitement, la prévention et les soins.
En cette année ignatienne, les jésuites et leurs collaborateurs désirent voir avec les yeux du Christ aimant
et compatissant ce que doit changer à la fois au niveau individuel et communautaire afin que notre ministère et notre engagement vivifiants puissent porter des fruits qui durent. Travailler pour mettre fin aux
inégalités, mettre fin au sida et mettre fin aux pandémies nécessitera un changement d'état d'esprit et un cœur aimant pour
initier des actions contre le VIH/sida et pour triompher du COVID-19 et d'autres pandémies à notre
temps .
Du point de vue du VIH/SIDA, les inégalités prennent des formes
sociales, économiques et structurelles. Les inégalités persistantes entre les femmes et les hommes affaiblissent considérablement les efforts pour enrayer la
propagation du VIH/SIDA et accroître la vulnérabilité. Il est essentiel d'attirer l'attention sur la discrimination sociale
et systémique qui est fortement ancrée dans presque toutes nos structures sociétales.
Une telle discrimination prive les personnes vivant avec le VIH d'une chance équitable dans la vie, car elles luttent perpétuellement
avec une combinaison de honte, de blâme, d'isolement, de rejet et de peur de la mort.


Un principe fondamental de l'Enseignement social catholique reconnaît un accès équitable aux biens de la terre
et la satisfaction des besoins fondamentaux de tous, y compris la santé. En conséquence, chaque personne vivant avec
le SIDA, qu'elle soit en milieu rural ou urbain, devrait avoir accès à la prévention, au traitement, aux soins et
d'accompagnement, indépendamment de son sexe, de sa race ou de sa religion. Nous ne pouvons pas parler de miséricorde, de compassion
et de justice sociale alors qu'il y a plus de 37 millions de personnes vivant avec le SIDA dans le monde, dont
25 millions en Afrique - des femmes, des hommes et des enfants qui sont presque oubliés et confrontés
inégalité de traitement, d'accès aux soins médicaux et d'existence digne. Un appel pour un monde juste
est un appel à la pratique de l'égalité sans laisser personne de côté.


En tant que croyants, jésuites et collaborateurs en Afrique partagent la mission du Christ de protéger et de donner
une vie abondante à chacun : « Je suis venu pour qu'ils aient la vie et l'aient en plénitude »
(Jean10 :10 ). Au cours des deux dernières décennies, le Réseau jésuite africain de lutte contre le SIDA a renforcé sa
mission d'accompagner les personnes infectées et affectées par le VIH à travers une
approche holistique intégrée du SIDA afin d'éliminer les inégalités économiques et sociales auxquelles elles sont confrontées
br>toutes les sphères de la vie.
Bien que des progrès significatifs aient été réalisés dans les tests, le traitement et la prévention, nous devons
rappeler que le VIH continue de se propager et que la dynamique ne cesse de changer. Le VIH est toujours une réalité ;
les statistiques sont flagrantes à cet égard et des ressources doivent être engagées pour lutter contre le VIH/sida
et le Covid-19. Nous devons continuer à être créatifs, innovants et collaboratifs. Nous ne pouvons pas retirer le pied de la pédale.


En tant que croyants, jésuites et collaborateurs en Afrique partagent la mission du Christ de protéger et de donner
une vie abondante à chacun : « Je suis venu pour qu'ils aient la vie et l'aient en plénitude »
(Jean10 :10 ). Au cours des deux dernières décennies, le Réseau jésuite africain de lutte contre le SIDA a renforcé sa
mission d'accompagner les personnes infectées et affectées par le VIH à travers une
approche holistique intégrée du SIDA afin d'éliminer les inégalités économiques et sociales auxquelles elles sont confrontées
br>toutes les sphères de la vie.
Bien que des progrès significatifs aient été réalisés dans les tests, le traitement et la prévention, nous devons
rappeler que le VIH continue de se propager et que la dynamique ne cesse de changer. Le VIH est toujours une réalité ;
les statistiques sont flagrantes à cet égard et des ressources doivent être engagées pour lutter contre le VIH/sida
et le Covid-19. Nous devons continuer à être créatifs, innovants et collaboratifs. Nous ne pouvons pas retirer le pied de la pédale.


Je prie, à l'intercession du Bienheureux Anuarite Nengapeta, dont le mémorial est célébré aujourd'hui,
pour tous les jésuites et collaborateurs en Afrique et dans le monde entier afin que votre travail puisse porter des fruits
durables. Alors que nous célébrons l'Année ignatienne, puissiez-vous découvrir de nouvelles possibilités, opportunités et
initiatives pour vaincre le VIH/SIDA et toutes les pandémies en collaboration avec d'autres acteurs publics et
privés qui ont soif de justice, d'égalité, de bien-être, de santé et la paix, le long du chemin vers
un avenir meilleur.
1er décembre 2021.
Agbonkhianmeghe E. Orobator SJ
Président

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

INSCRIPTION À LA NEWSLETTER

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir des mises à jour par e-mail sur les événements en cours à AJAN Afrique.

fr_FRFrançais