ENVOYEZ-NOUS UN E-MAIL À ajan@jesuits.africa
APPELEZ-NOUS MAINTENANT (+254-20) 3884 528
DONATE TO OUR CAUSES

PROGRAMME AHAPPY FORMATION DE FORMATEURS DANS LA PRISON POUR FEMMES DE NYAHURURU

« Je suis très heureux d'avoir participé à ce séminaire. Je vois les choses d'un point de vue très différent maintenant. Les choses que j'ai toujours connues semblent nouvelles. J'aime l'approche et j'espère faire bénéficier ma congrégation, y compris les prisonniers, des leçons que je tire des sessions. » C'était une déclaration du pasteur des églises protestantes dans les prisons, qui était l'un des participants à la formation AHAPPY des formateurs dans les prisons de Nyahururu.

Agents pénitentiaires à la suite d'une séance animée par M. John Fisher, formateur AHAPPY.

L'un des objectifs d'AJAN est d'étendre les efforts de collaboration sur la formation intégrale des jeunes à travers AHAPPY avec le ministère pastoral de l'aumônerie catholique dans les prisons. Les fruits de cette entreprise ont vu la majorité des catéchistes catholiques travaillant dans les prisons de la région de Nairobi formés au programme pour les jeunes AHAPPY. Les activités en cours consistent à organiser la même formation pour les agents pénitentiaires.

Les participants ont pris part à des travaux de groupe pendant AHAPPY ToT.

L'une des catéchistes, Mme Lilian Waweru, qui a été formée dans la région de Nairobi et initiatrice du programme AHAPPY dans les prisons, lors de son transfert à Nyahururu, après avoir vu les résultats de la formation AHAPPY parmi les officiers et les catéchistes, a invité AJAN à entreprendre une formation AHAPPY avec les officiers servant dans les prisons principales et pour femmes de Nyahururu (anciennement connues sous le nom de prisons principales et pour femmes de Thompson Falls). Les prisons sont situées dans la ville de Nyahururu, à environ 187 km de Nairobi, dans le comté de Laikipia, relevant administrativement de la région de la province de Rift Valley.

La formation a eu lieu du 10th au 12th mai. Au total, 14 agents pénitentiaires ont suivi les séances. Les agents provenaient de différents départements, notamment la protection sociale, l'aumônerie, la prison principale et les prisons pour femmes, entre autres. La cérémonie de clôture a été honorée par Madame Catherine Mutembei, sous-officier responsable des prisons pour femmes de Nyahururu et le P. James Nduati, le prêtre catholique aumônier responsable des prisons principales et pour femmes de Nyahururu et de Nyandarua. Dans son allocution de clôture, Madame Mutembei s'est adressée aux participants en disant : "Je suis heureuse de savoir que vous avez suivi cette formation sur le VIH et le développement des jeunes dispensée par le groupe AJAN. Quand j'entends parler de votre formation sur le VIH, je suis comblée car il se trouve que je suis pair éducateur VIH & SIDA, un travail qui me passionne. La question que je vous pose maintenant est la suivante : comment comptez-vous transmettre cette information à vos collègues ? Quels programmes allez-vous réaliser pour les détenus en rapport avec votre formation ? Des gens comme le groupe AJAN sont venus ici pour améliorer nos connaissances et partager leurs matériaux avec nous. Nous voulons vous voir proposer de nouvelles idées, des programmes créatifs. Il ne suffit pas d'entendre seulement, apportez vos façons de prêcher aux prisonniers, développez de nouveaux matériaux afin que nous puissions aussi avoir nos matériaux à partager avec les autres, nous voulons apprendre de vous. Nous voulons avoir des personnes/agents qui absorbent les informations et les transmettent aux autres. Je tiens tout particulièrement à remercier Madame Lilian de nous avoir mis en relation avec AJAN. Nous en sommes reconnaissants."

De son côté le P. Nduati s'est ainsi adressé aux participants. "Lorsque le VIH est apparu pour la première fois il y a plus de 40 ans, j'étais jeune. D'après ce que j'ai vu, je compare son effet dévastateur à celui de Corona. Des gens sont morts, ils ont été enterrés dans des sacs en polyéthylène, c'était effrayant. La stigmatisation était tellement, non seulement pour les patients, mais pour leurs familles. Les personnes infectées ont souffert, se sont aliénées et ont été séparées de leurs familles et de leurs communautés. Grâce à des études, la maladie a été démystifiée et tant a été fait pour améliorer la vie des personnes infectées et affectées. Cette formation dans les prisons, ça va continuer pour qu'on apporte un changement de comportement. Au fur et à mesure que nous modifions nos propres comportements, nous acquérons la capacité d'apporter des changements aux autres. Merci, AJAN, pour cette formation. Participants, merci. Nous pouvons changer le monde. Le monde ne peut pas être changé de l'extérieur, nous changeons de l'intérieur, en commençant par moi d'abord. Je crois que vous allez être des modèles et construire la communauté ici dans les prisons principales et pour femmes de Nyahururu. Par cette formation, nous souhaitons vous responsabiliser ; alors que vous devenez des témoins alors que vous allez prêcher là-bas. Apportez de l'espoir. L'espoir qu'à travers vous et moi, nous pouvons transformer le monde. Vers la vision 2030, personne d'entre nous ne sera malade du VIH. Je pense que ceux qui sont déjà infectés peuvent mener une vie très productive. Puissiez-vous recevoir l'esprit de Dieu pour vous guider pendant que vous partez en mission. »

Remises des certificats AHAPPY aux participants

L'un des agents, travaillant dans la section Documentation, a partagé que depuis son poste, il gère les informations personnelles des détenus à leur arrivée en prison, et il estime que la formation a vraiment mis au défi son approche de la gestion des détenus. Il a ajouté : « J'ai apprécié la formation. Parmi les nombreux avantages pour moi, j'ai appris à vivre avec des défis; comment être un bon leader ; appris davantage sur le VIH et le SIDA et sur la manière de le gérer dans la société, ainsi que sur les valeurs humaines. Je souhaite que vous veniez ici de plus en plus pour nous transmettre plus de connaissances. À quel point cette connaissance m'est utile dans mon travail ; en tant qu'agent pénitentiaire travaillant au bureau de documentation, je suis la première personne dans l'accueil et l'admission des détenus. Pour les personnes infectées par le VIH en particulier, j'utiliserai l'éducation reçue dans cette formation pour protéger leurs valeurs, vivre avec elles de manière humaine, sûre et fiable. Je guiderai les personnes non infectées à vivre avec les personnes infectées sans les stigmatiser, mais à vivre dans un environnement propice et de bien-être égal pour tous. »

Fin de la session de formation avec Finale blessing from Fr. Jame Nduati

Sergon Pascalia

Développement et renforcement des capacités, AJAN

Ismael Matambura

VIEW ALL POSTS

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

INSCRIPTION À LA NEWSLETTER

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir des mises à jour par e-mail sur les événements en cours à AJAN Afrique.

fr_FRFrançais