ENVOYEZ-NOUS UN E-MAIL À ajan@jesuits.africa
APPELEZ-NOUS MAINTENANT (+254-20) 3884 528
DONATE TO OUR CAUSES

ACCOMPANYING YOUTH AND STAFF IN THE PRISONS

“Accompanying the youth entails creating space of dialogue with them on topics or issues of concern, with the critical aim of placing them at the centre of solutions. It is about guiding the youth to be self-critical, inculcating in them the skill of analyzing the world they live in and becoming responsible for its wellbeing and betterment. Above all, it is guiding them to recognize responsibility about their own lives, and concern for others and their worlds. This means understanding the relationship between personal decisions they make and the resultant impact of the decisions. It also entails an understanding of the impact of their actions to the world they live in presently and in the future. We lead them through a conversational process that enables them to ultimately say that “positive change begins with me, and I have the capacity to engender a better tomorrow. This is driven by the AHAPPY handbook provides methodical approach which has appropriate content that supports the addressing of topics which youths or trainers propose as areas of need or interest” Pascalia Sergon, AJAN trainer breaks down the concept of accompanying youth in prisons. AJAN has been carrying out this project for about two months now.

Fr. Ismael, directeur d'AJAN engage le personnel pénitentiaire dans une session

Une formation réussie de trois jours pour les formateurs a été organisée entre le 6th et le 8th septembre 2021 à la prison Jamhuri Short Sentence dans les parcs de Nairobi. Le secrétariat d'AJAN, les catéchistes basés dans l'établissement et le responsable de l'établissement avaient tenu une réunion de planification au début du mois d'août.

Dès le rendez-vous de planification, l'un des points d'action immédiats à la demande de l'agent pénitentiaire était d'initier le personnel de l'établissement au programme AHAPPY. « L'exercice d'initiation a non seulement été un succès, mais il a été un énorme soulagement pour les participants. Ils ont apprécié l'approche neutre et axée sur la connaissance que nous avons utilisée », a déclaré Pascalia Sergon, formatrice AJAN.

« Les participants nous ont éclairés sur une formation qu'ils avaient déjà suivie - administrée de différents côtés - qui avait suscité une certaine discorde parmi eux sur des bases religieuses. Cependant, ils ont estimé qu'AHAPPY les a bien servis et a renforcé leur tolérance et leur harmonie. Ajouta Pascalia.

«Je sens profondément que je n'ai pas fait assez pour aider ceux que je sers à devenir de meilleures personnes. Surtout, je ne me suis pas prévalu pour les écouter, et je me suis empressé de les licencier », a expliqué un officier. Un autre membre du personnel a déclaré : « J'ai appris que la façon dont nous nous traitons les uns les autres (même en tant que personnel) se traduit par la façon dont nous traitons les prisonniers dont nous nous occupons. Je me sens mis au défi d'être plus prévenant dans la façon dont je traite les autres et je dois devenir un modèle pour les prisonniers.

L'un des catéchistes a ajouté : « Une partie de mon éveil après ces séances est que, pour que le changement se produise, il doit commencer par moi ». Au total, 11 personnes ont été initiées à Jamhuri.

ACCOMPANYING YOUTH IN PRISONS

AJAN a accompagné des jeunes dans trois prisons jusqu'à présent. Cela se fait dans le respect de la vie privée et de l'engagement avec les détenus. Jusqu'à présent, cela a été fait à la Kamae Girls Borstal Institution pour filles et au Youth Corrective Training Centre (YCTC) pour garçons, tous situés dans l'établissement de la prison de Kamiti à Kahawa West, Nairobi. L'approche d'AJAN est toujours participative. Grâce à AJAN, des films et pièces de théâtre éducatifs réalisés par les participants sont utilisés pour présenter diverses situations de vie dans lesquelles se trouvent les jeunes, leur permettant de mieux se comprendre et de mieux comprendre leur monde. Au cours des discussions participatives, se mettre au défi de faire et d'agir mieux dans la vie, être optimiste même dans la huko raia (vie en dehors des prisons), la résilience et un espoir profond.

Pascalia talks to girls at Kamae Girls Borstal Institution

Lors d'une récente à Kamae Girls qui portait sur la toxicomanie (avec laquelle la majorité des filles confinées ont des expériences), une jeune fille dans une présentation de groupe a dit aux autres filles "ça (la toxicomanie) commence par une bouffée mais mène à la mort. S'il vous plaît, saisissez cette chance et choisissez la vie. », a expliqué Pascalia. Le processus à Kamae a commencé en août de cette année.

« Une autre fille a dit (à mon avis, la drogue est la mère de tous les maux ! »), a-t-elle expliqué. Lors de la séance avec les garçons, un jeune garçon a ceci à dire à la fin d'une séance « les raccourcis sont dangereux ». C'était en référence à la tendance des jeunes à opter pour les solutions rapides de l'abus de drogues et de la criminalité au lieu d'avoir le courage de traverser la vie. 

À la prison pour femmes de Lang'ata, a commencé en septembre et jusqu'à présent, deux sessions ont eu lieu. Les jeunes ici comprennent les enfants des agents pénitentiaires vivant et servant dans les établissements pénitentiaires. Selon le catéchiste, ces jeunes sont exposés à un environnement qui peut « parfois être insouciant », et ainsi leur « comportement est fortement influencé par ce qu'ils voient et entendent de leur environnement, ce qui n'est pas toujours sain pour leur épanouissement moral ». Lors de la formation AHAPPY, les jeunes sont répartis en deux groupes, ceux qui ont entre 10 et 13 ans et ceux de 14 à 25 ans.

Caleb Mwamisi

VIEW ALL POSTS

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIPTION À LA NEWSLETTER

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir des mises à jour par e-mail sur les événements en cours à AJAN Afrique.

fr_FRFR