ENVOYEZ-NOUS UN E-MAIL À ajan@jesuits.africa
APPELEZ-NOUS MAINTENANT (+254-20) 3884 528
DONATE TO OUR CAUSES

« Nous sommes maintenant mieux équipés », déclarent les agents pénitentiaires alors que la formation AHAPPY a lieu à la prison maximale de Kamiti.

Le ministère d'AJAN dans les prisons continue tandis que les agents pénitentiaires sont formés

« Je suis bien mieux préparé à impliquer les jeunes emprisonnés maintenant. Je suis maintenant consciente des changements que subissent les jeunes car cela se voit à travers leurs émotions et leur irritabilité. J'ai appris davantage sur les valeurs, les vertus et les principes. Une autre chose qui m'a fortement marqué, c'est que le succès durable dans la vie passe par l'obéissance à ces valeurs », a déclaré Maneno en décrivant son expérience du programme de prévention du VIH et du sida d'AJAN pour les jeunes-AHAPPY. Ses sentiments ont été partagés par d'autres participants de la formation organisée par AJAN, qui a débuté le lundi 22nd novembre et s'est terminée le 24th novembre 2021.

L'équipe du secrétariat du Réseau Jésuite Africain contre le SIDA du P. Matambura Ismael, Pascalia Sergon et Caleb Mwamisi ont repris 20 agents pénitentiaires, qui supervisent la garde de centaines de jeunes dans les établissements pour mineurs de l'établissement pénitentiaire Kamiti à Nairobi, à travers un processus d'apprentissage participatif qui a duré trois jours. Les deux institutions sont la Kamae Girls Borstal Institution et le Youth Correctional and Training Centre-YCTC où les filles et les garçons purgeant des peines de prison ou en détention provisoire sont enfermés.

Alors que le travail des agents pénitentiaires consiste principalement à s'assurer que les mineurs restent en détention en toute sécurité, le programme d'AJAN était d'atteindre les agents pour leur donner des compétences de vie qui les prépareront davantage à leurs rôles, en particulier pour installer la réflexion intention d'avoir un réel impact positif sur la vie des jeunes. Alors que le travail des agents pénitentiaires consiste principalement à s'assurer que les mineurs restent en détention en toute sécurité, le programme d'AJAN était d'atteindre les agents pour leur donner des compétences de vie qui les prépareront davantage à leurs rôles, en particulier pour installer la réflexion intention d'avoir un réel impact positif sur la vie des jeunes.

"Je sais maintenant comment encadrer les filles ici à l'institution Kame Borstal et comment les aider à réaliser leurs talents", a réagi Lydia Mwangi, une officier. Evans Odhiambo, un officier chargé du bien-être des mineurs au YCTC, a déclaré que « cette formation m'a aidé à changer d'avis sur la façon de traiter avec les garçons. Je suis plus préoccupé maintenant par l'aspect émotionnel des garçons. Je comprends maintenant qu'il est bon de prendre le temps d'écouter les garçons et de les comprendre à fond avant même de pouvoir faire un effort pour les aider à enregistrer un changement positif. J'ai changé d'état d'esprit. J'ai acquis les compétences nécessaires pour établir des relations avec des garçons qui ont eu un passé difficile. »

Alice Gakuo, une autre officier basée à Kamiti, l'une des neuf prisons maximales du Kenya, a déclaré qu'elle avait développé une prise de conscience critique selon laquelle les jeunes auront commencé sur de bonnes bases comme n'importe quel autre peuple. « Peut-être qu'ils se sont heurtés aux vents contraires de la pression des pairs et ainsi de suite. Mon travail consiste à leur donner de l'espoir et à leur transmettre des compétences afin qu'ils puissent devenir des personnes encore meilleures qu'ils ne l'étaient avant de venir ici », a-t-elle expliqué.

Martin Bethuel Munala était également reconnaissant pour les sessions AHAPPY. « J'ai appris à communiquer efficacement. Il est important de comprendre leurs enjeux et de les prendre positivement pour les aider. J'en ai appris davantage sur les questions liées au VIH/sida. Je peux aussi aider les jeunes à sortir de prison, en leur montrant un bon exemple en tant que parent. », a-t-il pesé après la formation.

Les présentations des formateurs ont tourné autour des cinq modules du manuel AHAPPY, qui ont permis au personnel pénitentiaire de comprendre les cinq dimensions d'un être humain qui sont au cœur du développement intégral de la jeunesse tel que guidé par le principe jésuite de la cura personalis. Les formateurs étaient désireux de transférer des compétences qui apporteraient des solutions pour surmonter les pièges de la vie à partir d'un niveau individuel, mais des compétences qui peuvent stimuler les relations entre un individu et les autres membres de la société. « Vous ne pouvez pas donner ce que vous n'avez pas », a observé un formateur lors d'une session, comme l'approche importante du modèle de rôle en vedette.

ci-dessus, M. Smith un ancien Jail Bird, maintenant un citoyen réformé et productif.

L'équipe a été bénie par la visite de M. Smith, un ancien prisonnier de la prison de Shimo la Tewa au Kenya, mais qui a subi une conversion après en avoir eu marre d'une vie de crime, et qui est aujourd'hui un homme d'affaires prospère. Smith a raconté son histoire aux agents et les a encouragés à dire qu'il est possible d'améliorer la vie des jeunes incarcérés. Dans la prison, Smith a découvert son talent en ingénierie, et il suivra plus tard des cours d'ingénierie aéronautique à l'aéroport Wilson. En général, il est devenu compétent dans la réparation d'un large éventail de machines d'une manière qui lui a permis de gagner sa vie.

L'officier adjoint en charge du YCTC, Nelius Muchoya, était sur place pour encourager les officiers à mettre en pratique les compétences qu'ils ont empruntées pour l'équipe d'AJAN et pour aider à transformer l'esprit des jeunes qui auront connu des passés difficiles. « Acquérir plus de connaissances en continu est important. En effet, cela m'a conduit à gravir les échelons jusqu'où je suis aujourd'hui. Ces types de formations sont importantes à bien des égards ». Elle a déclaré la formation fermée, mais elle était optimiste que le partenariat de la prison de Kamiti avec AJAN continuera à se développer à l'avantage des détenus et de l'institution.

Fr. Matambura, a remercié la prison de Kamiti pour l'opportunité accordée à AJAN d'atteindre les officiers et les mineurs et a promis que le travail se poursuivra. Il a encouragé les agents à mettre en œuvre les connaissances qu'ils ont acquises lors de la formation. Avec Nelius Muchoya, il a remis des certificats AHAPPY en souvenir de la formation à tous les participants.  

L'ordre du jour d'AJAN cette année a été d'assurer un processus où les jeunes peuvent voir toutes les choses nouvelles en Christ. Ceci est mis en évidence de diverses manières, avec l'impact d'un esprit à la fois. Ce peut être celui d'un formateur, ou celui d'un apprenant. Cheminer avec les jeunes implique de préparer les personnes qui se sont liées directement avec eux pour le noble travail. Ce sont des enseignants, des catéchistes et autres. Cette fois, ce sont des gardiens de prison.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIPTION À LA NEWSLETTER

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir des mises à jour par e-mail sur les événements en cours à AJAN Afrique.