Par Caleb Mwamisi

Il était une fois, dans une zone rurale du Kenya, quelques femmes se sont réunies dans le seul but de se libérer, ainsi que leurs familles, des chaînes de la pauvreté. Elles ont eu la chance qu’une religieuse catholique, Anna, qui travaillait dans leur église locale, ait accepté de se joindre à elles. Elle a ensuite assumé des rôles essentiels, comme la direction de projets comprenant la location de maisons et d’une boulangerie. Elle percevait le loyer, se rendait à Nairobi pour acheter de la farine de boulangerie, entre autres tâches. Les femmes se sont limitées aux tâches secondaires.

Les projets de développement sont pour la plupart conçus dans l’intérêt général de la société. Ils sont rendus nécessaires par des besoins ou des problèmes qu’il faut résoudre pour améliorer les conditions de vie d’un peuple. Ils sont donc nés d’une conviction et d’une intention de faire le bien, dès le départ. Cependant, la manière dont les projets sont planifiés et exécutés détermine leur succès ou leur échec. C’est la raison d’être de la série de formations dont les membres du réseau AJAN bénéficient tous depuis juin 2020.

Les femmes rurales de l’histoire d’ouverture, qui ne sont pas directement impliquées dans leur propre projet, ont manqué de connaissances et d’expériences critiques et elles ont payé cher lorsque  la religieuse fut rappelée pour une nouvelle responsabilité à Rome. « Comment pouvez-vous nous quitter ? Vous êtes comme notre mère », ont-elles fait remarquer lorsqu’elle les quittait. Leurs projets ont échoué lamentablement parce qu’elles n’ont pas pu trouver de farine à un prix abordable ni même de pièces de rechange pour un camion utilisé pour le transport du pain.

Bien qu’ayant une bonne vision, les dames n’ont pas réussi à s’émanciper, le pouvoir ne leur a pas été transféré sous forme d’informations. Leurs marges de bénéfices se sont réduites et leur diocèse a repris les projets. Anna ne leur avait pas fait connaître l’endroit où elles pouvaient  trouver  de farine à un prix abordable pour leur boulangerie et les pièces de rechange. La collecte des fonds du loyer était mal coordonnée, ce qui entraînait le départ de locataires frustrés. Il est clair qu’elles n’étaient pas prêtes pour son départ. Les formateurs, Dominic Syuma et Paschalia Mbutu, ont utilisé cet exemple pour illustrer les pièges probables des méthodes de développement qui ne sont pas méticuleusement planifiés pour inspirer aux bénéficiaires l’action souhaitée.

« Pourquoi pensez-vous que la sœur a fait tout le travail pour les femmes ? », a posé Dominic. « La sœur a dû effectuer les tâches pour elles parce qu’elles n’étaient pas en mesure de le faire », a dit le père Vedaste de Yezu Mwiza. « D’une part, la religieuse s’est sentie plus expérimentée et elle s’est ainsi présentée au groupe qui, à son tour, s’est mis en retrait et lui a plutôt tout laissé au lieu de révéler ses capacités », a déclaré Enos Matangwe Sikoyo, du programme de développement St Joseph de Kangemi, à Nairobi. « Elles n’imaginaient pas que la sœur pourrait partir un jour. Elles ne se sont pas impliquées dans les tâches qu’elle avait entreprises et n’ont pas cherché à s’y initier », a ajouté le père Ismael.

« Il s’agit de la perception que nous avons des personnes que nous accompagnons. Il faut que ce soit juste », a révélé le Dr. Paschalia Mbutu qui a ensuite souligné la nécessité pour les organisations ou les individus de veiller à ne pas devenir des “aides”, mais de créer des capacités et de permettre aux gens de résoudre leurs propres problèmes, car c’est ce qui garantit le triomphe.

Les participants ont continué à bénéficier de nouvelles approches dans la mise en œuvre des projets. Ils en apprennent davantage sur le “comment faire” en ayant les yeux ouverts sur le “comment ne pas faire”. Les sessions sont interactives et constituent une aide précieuse pendant cette période.

« Les gens ont le potentiel nécessaire pour relever leurs défis », a déclaré le Dr Paschalia. « Nous ne devrions pas prendre la relève des projets, mais plutôt devenir des facilitateurs pour la communauté. Les gens ne sont pas désespérés. Ils ont des ressources », a déclaré Dominic pour conclure l’engagement. La prochaine session de formation est prévue pour le 24 juillet 2020.

Leave a Reply