Tenue tous les deux ans pour examiner les réalisations dans la lutte contre le VIH & Sida ainsi que les IST, identifier les lacunes et dresser la carte de l’avenir, l’ICASA est un rassemblement très important des gouvernements africains, de la société civile, d’organismes locaux et internationaux, d’intervenants et de communautés. Du 1er décembre 2019 au 7  décembre 2019, des représentants de l’AJAN ont participé à la conférence. Les représentants d’AJAN comprenaient 3 membres des projets de terrain d’AJAN et deux membres du personnel du secrétariat d’AJAN. Le point de référence de ce rendez-vous était d’examiner le travail effectué afin d’atteindre les objectifs mondiaux de développement durable d’ici à 2030, les objectifs de l’ONUSIDA de 90:90:90 et les objectifs stratégiques visant à mettre fin au VIH & Sida en Afrique. Le thème était ” Une Afrique sans VIH “.

La lutte contre le VIH & Sida a pris de nombreuses formes et a impliqué de nombreux acteurs à la base aussi bien des organisations communautaires que confessionnelles, des agences privées et publiques et des structures internationales, tous travaillant à soutenir les communautés dans le monde. AJAN, membre de l’ICASA, était présent par son propre secrétariat et par les membres du réseau, dont le P. Elphege SJ (Directeur d’AJAN), le P. Ismael Matambura SJ (Directeur du Centre Maisha – RDC), Patrice Ndayisenga SJ (Directeur du Centre Urumuri – Rwanda), M. JohnFisher Ondigo (Coordinateur d’AHAPPY – St. Aloysius Gonzague – Kenya), M. Toolit Robert (Coordinateur d’AHAPPY – Ocer Campion, Gulu – Ouganda) et Pascalia Sergon (Coordinatrice d’AHAPPY – Secrétariat d’AJAN). L’équipe d’AJAN s’est jointe à une pré conférence sur l’engagement des jeunes dans la lutte contre le VIH & SIDA en cherchant à entendre leur voix et leurs préoccupations sur les questions de prévention et d’éradication du VIH. Les interventions ciblant les jeunes ont été jugées très limitées et il y a un manque d’espaces adaptés aux jeunes pour une expression libre et franche. Pour que la lutte contre l’infection par le VIH chez les jeunes soit couronnée de succès, il est nécessaire de placer les jeunes au centre de la prise de décision et de l’élaboration des politiques. Dans les sessions suivantes tout au long de la conférence, l’équipe d’AJAN a participé à différentes pistes qui ont résonné aux besoins de différentes situations.

Un message de l’OALAD – Organisation des Premières Dames Africaines pour le Développement, a révélé que l’infection au VIH chez la fille/enfant reste une tendance inquiétante et que la lutte devrait être réorientée pour traiter efficacement les questions de vulnérabilité ; la VBG, le déni des droits de propriété et certaines pratiques culturelles. Une session intitulée “Enseignement de la virologie” : La stigmatisation et la discrimination ont lancé un appel à la communauté scientifique pour qu’elle offre à grande échelle des médicaments injectables, des comprimés mensuels ou trimestriels qui peuvent réduire l’impact de la stigmatisation et de la discrimination.

Un exposé de l’ONUSIDA intitulé Soutenir la riposte au sida : leadership, finances et responsabilisation a souligné que certaines réalisations ont été faites dans la lutte contre le VIH qui, si elles ne sont pas soutenues financièrement, seront perdues. Le Fonds Mondial a récemment lancé un appel à la mobilisation de ressources qui a suscité une réaction encourageante de la part des donateurs. L’ONUSIDA a appelé à l’autonomisation des femmes et des filles et à l’investissement dans leur développement. Les dirigeants africains ont été invités à mettre en place une couverture sanitaire universelle et à mobiliser les jeunes pour qu’ils deviennent des acteurs clés. Il est urgent d’envisager la mobilisation locale des fonds à des fins durables.

Le discours principal à la fin de la première journée a été prononcé par le Président de la République du Rwanda, S. E. Paul Kagame, avec le président de l’ICASA 2019, le Prof. John Idoko et la Ministre de la Santé du Rwanda, le Dr Diane Gashumba, qui ont également pris la parole. “Il faut un engagement politique et une attention durable à la mise en place des institutions de santé publique solides pour répondre aux besoins de la population en matière de santé et de développement “, a déclaré le Président Kagamé.

Le Professeur Idiko a réitéré que le leadership visionnaire et la collaboration ont été au cœur des réalisations de la riposte au VIH & Sida jusqu’à présent en Afrique, soulignant qu’en dépit des progrès réalisés, par exemple l’élargissement de la gamme d’outils efficaces de prévention du VIH, le financement national de la riposte reste sous-optimal. Les nouvelles infections au VIH sont toujours à un niveau inacceptable chez les jeunes. Le ministre de la Santé du Rwanda a déclaré que, pour maintenir les progrès réalisés au cours des dernières années, il est nécessaire d’accorder davantage d’attention aux groupes vulnérables.

L’autonomisation des personnes a également été discutée lors d’une session gérée par le PEPFAR. L’organisation a fait valoir que, à l’instar des agences de l’ONU au cours des deux prochaines années, elle s’engagera directement auprès des partenaires locaux afin de les faire passer de la dépendance à l’autonomie par la promotion de l’appropriation communautaire et des initiatives dirigées par la communauté. Elle cherche à soutenir la maîtrise et la prévention de l’épidémie du VIH qui sont gérées et détenues par les institutions et les gouvernements locaux. L’objectif du PEPFAR est de rendre les partenaires locaux autonomes à 70 % d’ici l’exercice 20. Il a également été convenu que la communauté a elle aussi un rôle à jouer dans une génération exigeante et que nous devons donc lui donner les moyens d’acquérir des connaissances sur le VIH, d’examiner son contexte et de lui demander un service approprié. Le développement d’un vaccin contre le VIH a été identifié comme un élément clé dans un processus conçu pour discuter des moyens à développer pour vaincre le virus.

La nouvelle Directrice exécutive de l’ONUSIDA, Winnie Byanyima, a appelé à un leadership fructueux et responsable en Afrique afin d’offrir des services de santé appropriés à la population. Elle a reconnu que d’énormes progrès ont été réalisés, mais qu’il reste encore un énorme défi à relever. Le gouvernement africain devrait donner la priorité à la planification du secteur de la santé dans sa gouvernance et faire respecter les droits humains fondamentaux et équitables.

Du point de vue de l’innovation et de la créativité pour progresser dans la lutte contre l’épidémie, la nouvelle réflexion comprend : faire passer le message de prévention à un nouveau niveau, de nouveaux forums par exemple, utiliser les messages de prévention comme message politique, la volonté politique de faire passer le message de prévention lui donne une nouvelle force et peut nous mener à la course finale, faire du message de prévention du VIH une question financière, réduire la violence sur les populations clés – cela amènera les dirigeants à faire ce qui est juste et non ce qui est populaire et des fonds seront donnés à l’État.

Les présentations de l’ICASA ont été nombreuses, riches et bien articulées ; mais l’on ne peut pas les saisir toutes ici. En résumé, les séances plénières ont été regroupées en diverses catégories selon leurs thèmes. Certaines séances ont été suivies dans le cadre de programmes scientifiques, de programmes de leadership et de programmes communautaires. De plus, il y avait le village communautaire où diverses organisations ont donné plus de visibilité à leur travail par le biais d’expositions.

Le défi

L’équipe d’AJAN a estimé qu’AJAN en tant que réseau a un plus grand rôle à jouer pour combattre les nombreuses idéologies qui ont été au centre de la plupart des présentations lors de cette conférence ICASA.

La plupart des présentations ont été sponsorisées par des organisations et des entreprises internationales. Les communications traitant des thèmes de la communauté, le leadership et les jeunes ont principalement porté sur les droits sexuels des jeunes en Afrique, la réduction de l’âge du consentement et les droits des populations clés. Des jeunes sponsorisés par les mêmes organisations ont plaidé pour la mise en place de préservatifs en Afrique. Alors que les sociétés civiles, les organisations et les représentants des gouvernements se sont ralliés aux idées des sponsors, personne ne s’est opposé à ces idéologies. Il était clair que le forum était africain, mais l’ordre du jour n’était pas africain. L’équipe d’AJAN a estimé que de nombreuses sessions dépeignaient les jeunes Africains comme des gens imprudents et moralement lâche, avec peu ou pas de facultés intellectuelles et morales pour gérer leurs émotions. Par conséquent, les préservatifs et autres kits de planification familiale doivent être fournis en abondance.

L’équipe d’AJAN a senti que c’était une nouvelle frontière de guerre contre l’érosion des valeurs africaines, tant chrétiennes que traditionnelles. L’éducation sexuelle exclusive et sans restriction pour les jeunes et d’autres idéologies n’est pas, à notre avis, la solution complète, et n’est non plus le récit africain généralisé. Il est vrai qu’il y a des millions de jeunes Africains qui vivent et croient en leurs valeurs religieuses et culturelles. Ces millions ont besoin d’être protégés contre les pressions des activistes sexuels extrêmes qui considèrent les valeurs comme primitives et contre le développement.

C’est alors maintenant que le Programme de prévention du VIH & Sida pour les jeunes (AHAPPY) d’AJAN est très indispensable. Principalement pour donner aux jeunes la confiance de croire en eux-mêmes, en faisant de leurs valeurs religieuses et culturelles les fondements d’une vie digne. Le programme AHAPPY est essentiel pour combattre les idéologies négatives en fournissant un paradigme de formation alternatif.

 

Leave a Reply

error: communication@ajan.africa for content

Notice: Undefined index: prnt_scr_msg in G:\PleskVhosts\ajan.africa\httpdocs\wp-content\plugins\wp-content-copy-protector\preventer-index.php on line 171