Par Caleb Mwamisi

L’inadéquation des ressources nécessaires pour répondre aux besoins des communautés, les complications des activités normales déclenchées par l’imposition d’un confinement total ou partiel par les gouvernements, l’augmentation constante des cas d’infection au nouveau coronavirus et le paradoxe dans l’élaboration des stratégies de riposte, sont quelques-uns des défis contrariants auxquels sont confrontés les centres AJAN à travers l’Afrique.

Les sentiments ci-dessus ont été exprimés lorsque 16 directeurs et délégués de centres AJAN se sont retrouvés dans une réunion en ligne que le directeur d’AJAN, le Père Elphege Quenum, a convoquée le 26 mai 2020. L’objectif principal était d’évaluer l’impact de la COVID19 sur les bénéficiaires et sur les activités des centres sociaux, et les réponses à renforcer à l’avenir. Les membres ont également examiné les possibilités d’actions communes pouvant être appliquées par le réseau.

La réunion a confirmé que les moyens de subsistance sont affectés par le nouveau virus, en particulier ceux des PVVIH. “Nous avons environ 1000 PVVIH sous notre responsabilité, et plus de 100 autres bénéficiaires qui souffrent de la lèpre. Les PVVIH sont extrêmement pauvres, en effet 90% de nos bénéficiaires le sont. Actuellement, beaucoup souffrent de malnutrition et ont besoin d’une aide médicale urgente”, a déclaré le père Vedaste Nkeshimana du Service Yezu Mwiza au Burundi. “Beaucoup de nos bénéficiaires sont en difficulté. Nous avons commencé à distribuer des aides en espèces parce que certaines familles avaient beaucoup de problèmes et nous devions partager le peu qu’il y avait”, a déclaré le père Claude Domfang du Centre de Recherche, d’Education et Communication (CREC).

L’interruption des activités est un problème incontesté pour les centres sociaux, car les formations et les horaires des paroisses ont été complètement entravés par les politiques gouvernementales de suspension des rassemblements. En Tanzanie, au Kenya, en Guinée-Conakry et dans tous les pays où existent des centres AJAN, des écoles ont été fermées et les activités de formation des jeunes ont été interrompues.

Le père Ismael Matambura a déclaré qu’en RDC, les activités économiques ont également été gravement touchées et que les gens luttent donc pour leur survie en manquant de nourriture et d’autres produits de première nécessité, bien qu’il n’y ait pas encore de cas confirmé de cette nouvelle maladie dans le pays. Le père Terry a également révélé que la plupart des étudiants de St. Aloysius sont issus de milieux extrêmement pauvres et que, malheureusement, leurs parents ou tuteurs qui dépendent d’emplois occasionnels ne peuvent pratiquement plus gagner de l’argent. Son institution a étendu le programme d’alimentation qu’elle offre normalement aux étudiants, à cette période où les étudiants sont chez eux et prévoit de le poursuivre à l’avenir. En Tanzanie, a dit le père Ng’ang’a, beaucoup souffrent maintenant car ils dépendent de petites entreprises et il y a peu ou pas de revenus pour eux.

L’émergence du coronavirus a été une embuscade pour de nombreux membres du Réseau Jésuite Africain de lutte contre le Sida, car il s’agissait d’un événement imprévu et donc non prévu dans le budget. Beaucoup ont donc manqué de fonds et de ressources nécessaires pour aider les membres les plus vulnérables des communautés que servent les Jésuites. “Nous avons distribué près de 300 sacs de maïs, de haricots, de sorgho et d’autres céréales, mais les besoins restent importants”, a déclaré le père Augustine Ekeno de St. Teresa’s Reconciliation Parish (Rumbek au  Sud Soudan). Le père Edomobi, de Caldwell Liberia, mentionne que de nombreuses personnes sont dans le besoin, car la plupart d’entre elles vivent au jour le jour, alors qu’elles ont peu de ressources pour les aider. Il mentionne qu’ils manquent même de ressources pour sensibiliser les gens au virus.

L’utilisation croissante des plateformes en ligne pour les formations au cours de cette période s’est également révélée très importante. À Aruppe, Madagascar, la vidéoconférence est l’un des moyens qu’ils utilisent pour organiser des formations et des réunions, selon Masy Alinoro.  Le Père Terry a soutenu l’idée d’une application mobile pour AHAPPY tandis que Masy Alinoro a déclaré qu’AJAN peut utiliser davantage ses plateformes en ligne pour offrir des formations.

Avec les changements apportés par la COVID19, divers participants ont également révélé la nécessité pour le réseau AJAN de réorganiser ou d’affiner ses programmes et la présentation de son matériel de formation. “Nous pouvons certainement tirer profit de toutes les façons dont AJAN peut progresser”, a déclaré le Père Terry, tandis que le Père Ng’ang’a a exprimé le désir de voir le matériel de formation traduit en Kiswahili. “Nous pourrions même changer le nom d’AJAN”, a dit le Père Domfang. Comme cette réunion avait également pour but de définir une action commune, les membres ont exprimé le souhait de voir se créer une activité qui rassemblerait tout le monde. “Le partage de l’information est essentiel”, a déclaré le Frère Ghislain du CIEE en RCA.

La nécessité d’une stratégie coordonnée dans tous les centres a également été évoquée. “Nous n’avons pas encore de stratégie claire pour traiter avec la COVID19”, a déclaré le père Ekeno. Le père Domfang a également déclaré que le réseau doit trouver de meilleurs moyens de renforcer son impact, même si cela signifie “être relié à un réseau mondial”. Il a également suggéré des activités communes régulières telles que des modules en ligne pour les jeunes. “Nous avons besoin d’une stratégie pour mobiliser des fonds”, a déclaré M. Vedaste qui a ajouté que, bien que son centre ait acheté des désinfectants et des masques pour aider à prévenir la maladie, ce n’était pas quelque chose qu’ils avaient prévu dans leur budget.

Cette réunion a été suivie d’une autre le 15 juin 2020 et une approche est en cours de conception par le secrétariat.

 

 

Leave a Reply

error: communication@ajan.africa for content

Notice: Undefined index: prnt_scr_msg in G:\PleskVhosts\ajan.africa\httpdocs\wp-content\plugins\wp-content-copy-protector\preventer-index.php on line 171